Benoit de Bretagne Image 1

Benoit de Bretagne

Il a travaillé avec des artistes de renom : Marcel et son Orchestre, Moriarty, Corbier, Thomas Dutronc, Nicolas Peyrac... Dans son atelier de lutherie situé à Bernieulles, Benoît de Bretagne crée depuis 2002 de sublimes guitares acoustiques et autres ukulélés. Nous l’avons rencontré...

 

Né à Montreuil-sur-Mer, Benoît de Bretagne a ses racines dans la Vallée de la Course. Passionné de musique dès son plus jeune âge, il débute le violon et le solfège à l’âge de 7 ans, avant de se tourner vers la guitare acoustique. Dès l’adolescence, il est fasciné par le travail des artisans du bois. « J’ai fabriqué ma première guitare à 15 ans, se souvient-il, constituée d’un corps en orme et d’un manche en hêtre, d’autres pièces en frêne, des bois poussant sur notre terroir. C’était mes premiers pas...»

Quelques années plus tard, il part étudier au Leeds College of Music et à la London Guildhall University, où il rencontre le Maître Luthier Peter Barton.

En 2002, ses deux diplômes en poche, il crée son propre atelier de lutherie à Bernieulles. « Mes racines familiales étaient ici, explique-t-il, mais aussi les forêts et pâtures emplies de ressources nobles telles le pommier, l’érable flammé, le noyer... toutes les couleurs sonores dont a besoin un luthier pour s’exprimer ! Nous avons aussi la chance d’avoir beaucoup de musiciens dans le Montreuillois ! »

 

Une vie bien rythmée !

Dans son atelier, Benoît travaille des ressources précieuses, parfois même des instruments historiques rares. « Un bon luthier doit être dynamique, curieux, gourmand, généreux, tout en étant patient, à l’écoute. Il doit savoir contempler avant même de comprendre et réaliser le geste. Tous les jours, il y a quelque chose à apprendre ! »

Travaillant de manière traditionnelle, la fabrication d’une guitare lui demande 150 à 450 heures de travail (60 à 120 heures pour un ukulélé) ! « Je travaille quasiment tout manuellement, avec des outils anciens comme les gouges, ciseaux à bois, rabots, noisettes, racloirs... La précision, l’affûtage,  le type de colle, le séchage, vernis... tout doit être pensé, pesé. »

Les journées du luthier sont bien remplies : « Je passe de longues journées (rires) à créer, redonner vie aux instruments, régler les p’tits bobos du guitariste. »

Benoît anime aussi une formation pour apprendre à fabriquer sa guitare (6 élèves par an), rédige pour quelques journaux de la presse spécialisée (Guitarist Magazines), gère un forum sur la Guitare et la Lutherie... « J’organise également, chaque année, une brocante musicale dans mon village de Bernieulles ». Un événement qui a déjà attiré près de 2000 visiteurs.

Mais Benoît ne compte pas s’arrêter là : « Prochainement, je vais agrandir mon espace de travail pour mieux recevoir mes clients. J’ai envie d’un joli lieu qui respirera le bois, l’artisanat... Je proposerai aussi un nouveau service avec un professeur qui donnera des cours de guitare pour le Montreuillois. » Affaire à suivre...

 

Voir aussi : Brocante Musicale de Bernieulles