Abbatiale Saint-Saulve

Place Gambetta
62170
MONTREUIL
Les origines de Montreuil, dont le nom dérive du latin ‘monasteriolum’ (petit monastère), sont intimement liées à l’histoire religieuse.
En 926, les moines de Landévennec (Finistère) fuient les invasions normandes et trouvent refuge à Montreuil, où ils fondent l’abbaye Saint-Walloy (déformation locale du nom de saint Guénolé). En 1111, cette abbaye change de nom lorsque les restes de Saint Saulve y sont amenés.
Au Moyen Âge, les nombreuses reliques attirent à Montreuil les pèlerins, et confèrent à la ville un caractère de sainteté. Elle est alors surnommée ‘La nécropole du Ponthieu’.
En 1467, une catastrophe naturelle provoque l’effondrement d’au moins six édifices religieux, dont l’Hôtel-Dieu et l’église Saint-Saulve, qui sera entièrement reconstruite au tout début du 16ème siècle. Le répit est de courte durée : en 1537, les armées de Charles Quint incendient l’église lors de la prise de la ville. Face à l’ampleur des dépenses, elle ne sera que partiellement reconstruite.
Le trésor d’art sacré est entièrement détruit en 1793. Après la Révolution, l’abbatiale reçoit les reliques de Sainte-Austreberthe, parmi lesquelles une crosse pastorale richement ornée. D’autres reliques s’ajouteront à ce trésor au 19ème siècle, faisant de ce dernier l’un des plus riches trésor d’art sacré du Nord de la France.
Une partie de ces oeuvres est toujours visible lors de la visite de l’Abbatiale.